> RETOUR
Papa-Maman s'ront jamais grands
 

Les parents de Franck ne sont pas vraiment comme les autres. Ce sont des "déficients mentaux" légers qui ont un enfant "normal". Mais pour Franck, 11 ans, admettre cette différence auprès des autres est trop difficile. Il préfère être placé chez sa tante. Mais même si chez lui ce n'est pas toujours facile, il y a l'amour, et ça rien ne le remplacera...

 

Réalisation : J-L Bertuccelli, Musique : Gian Maria Testa, Images : Charlie Vandam, Dialogues : Colo Tavernier, Scénario : Colo Tavernier, d'après une idée de J-L Bertuccelli, Production : Lissa Pillu
Avec : Michelle Bernier, Gilles Detroit, Claire Prévost, Christian Sininger, Maxime Raoust

 

Papa-Maman s'ront jamais grands

 
Les critiques :

 

"Un téléfilm poignant qui décrit finement le cheminement intérieur d'un enfant de 11 ans. Ce téléfilm aborde, par le biais de la fiction, un sujet difficile : celui des relations d'un enfant avec ses parents handicapés mentaux. Un sujet qui dérange car il soulève beaucoup de questions sans réponse. Les acteurs, pudiques et justes, sont à la hauteur du challenge."

"L'idée est casse-gueule, pour le moins : des parents handicapés mentaux légers peuvent-ils élever un enfant normalement ? La scénariste Colo Tavernier a pris l'idée de Jean-Louis Bertuccelli et l'a transformée en une belle histoire. Raymond (Gilles Détroit, formidable) et Lucette (Claire Prévost, itou) ont un fils Franck (Maxime Raoust, re-itou) qui, normal, fait les 400 coups avec Max, son pote. Max vit seul avec sa mère, comme pas mal d'autres gamins. Franck, lui, a ses deux parents, mais... Il préfère ne pas les montrer à Max. Le dedans, c'est pas le dehors.
Sauf qu'un jour, le dedans emplafonne le dehors : Franck fait une connerie et c'est le commisariat puis le juge. Lequel décide que Raymond et Lucette ne savent pas s'occuper normalement de leur rejeton, illico placé chez la soeur de Lucette, Josiane (Michelle Bernier), et son mari. Transporté dans la normalité, Franck en profite jusqu'au jour où...
Aborder un sujet aussi délicat dans une fiction télé était un pari risqué. La scénariste Colo Tavernier et le réalisateur Jean-Louis Bertuccelli ont trouvé le ton juste en se plaçant à hauteur d'humains. Il y a des Groseille et des Le Quesnoy dans l'univers familial de Franck, mais les auteurs préfèrent la chronique à la caricature qui fait rire. Lucette et Raymond échappent en permanence au ridicule, tout comme Josiane, tante prodigue, trop heureuse de trouver en Franck l'enfant qu'elle n'a jamais eu. Alors que les héros des téléfilms du mercredi sont généralement écrasés par la lourdeur du cas de société qui pèse sur leurs épaules, ils ont ici miraculeusement préservé leur complexité, ce qui est en soi une réussite."

"Un téléfilm poignant qui retrace avec justesse l'épineux problème des parents handicapés. Michèle Bernier est surprenante dans ce rôle dramatique, et le jeune Maxime Raoust joue à la perfection cet enfant qui doit prendre en charge ses parents."